Ruralitic - Le smart village
26 & 27 août, Château de Vixouze, Polminhac, Cantal, Auvergne

Cantal, Département pionnier du Numérique Rural
16 octobre 2019

À travers le programme CyberCantal, le Cantal a été un des tous premiers départements à développer une politique territoriale numérique. Quels ont été les thèmes et les résultats de cette politique ?

Le point de départ était l’intuition que le numérique allait permettre aux gens de travailler et vivre là où ils le voulaient par le télétravail, les e-services, l’e-commerce… Nous pressentions que c’était une opportunité inédite pour la ruralité. Nous avons donc commencé par créer le premier réseau départemental de télécentres, des tiers-lieux couplés la plupart du temps à des Maisons de Services Publics. Dans le même mouvement, nous avons co-construit le plan auvergnat pour le Haut Débit puis le Très Haut Débit. En 2022, 92% des Cantaliens seront connectés à la fibre et 100% en THD ! Puis, nous avons abordé la question de la téléconsultation médicale, avec

CyberCantal télémédecine. Aujourd’hui, huit établissements (EHPAD, maisons de santé) répartis sur le Cantal peuvent organiser des consultations à distance. Pour soutenir les collectivités, y compris les plus petites dans leur transformation numérique, nous avons créé l’Agence Cantal Ingénierie & Territoires, qui les accompagne dans divers domaines : dématérialisation, SIG, RGPD, École Numérique…. Nous avons également connecté et équipé tous nos collèges et de très nombreuses écoles en solutions de numérique éducatif et d’ENT, conscients qu’Internet constituait une réelle opportunité pour les élèves et les enseignants des territoires ruraux, souvent très loin des grands centres universitaires et culturels.

Résultats, la reprise démographique est au rendez-vous, avec plus de nouveaux entrants que de départs ; des entreprises du digital se sont même créées dans nos villages, comme SiteW à Yolet.

Quels sont les prochains volets du plan CyberCantal ?

Nous avons décidé de fédérer nos actions digitales existantes et à venir au sein d’un Schéma Directeur des Usages Numériques (SDUN). Nous le présenterons dans le détail à RURALITIC. Parmi les prochains sujets qui nous préoccupent, je citerai l’inclusion numérique et l’agriculture. L’inclusion numérique parce qu’en tant que collectivité en charge de l’action sociale, nous constatons que de nombreuses personnes en difficulté renoncent à exercer leurs droits et peuvent être exclues des services publics du fait de la dématérialisation. Le numérique doit simplifier, et non pas exclure, car pour 13 millions de Français qui ne savent pas utiliser le numérique, c’est la double peine et c’est inacceptable. Nous allons donc

compléter le maillage en Tiers-Lieux sur le territoire, et les monter en gamme ; ils sont en effet autant de lieux de médiation numérique, d’inclusion et de développement économique. Et j’ai choisi de traiter l’agriculture, parce que la ruralité est indissociable des agriculteurs qui la façonnent et qui la vitalisent économiquement, notamment dans le Cantal. La révolution numérique les concerne bien entendu aussi. C’est pourquoi nous allons adosser à Ruralitic, une journée consacrée à ces sujets avec le Smart Agri Forum.

Selon vous, comment le Numérique peut-il changer le fonctionnement de la démocratie ?

Ce sera un des grands thèmes de RURALITIC 2019 avec les nouvelles citoyennetés et les gouvernances qui vont avec. À l’occasion de la crise des gilets jaunes, la nécessité de la proximité, comme le rôle essentiel que jouent les élus locaux dans la construction de la cohésion nationale, est apparue au grand jour. Si la ruralité souffre encore terriblement d’un traitement inéquitable, notamment par le calcul de la Dotation Globale de Fonctionnement des Collectivités Locales accordant 2€ pour un citoyen urbain contre 1€ pour un citoyen rural, nous constatons que l’État exclut peu à peu 60% de sa population, en faisant des habitants de nos territoires ruraux des citoyens de seconde zone. Je ne souhaite pour autant pas opposer nos départements ruraux aux métropoles, mais bien souligner qu’un rééquilibrage des activités et des flux profitera à tous ! Je suis en ce sens convaincu que le numérique sera un des vecteurs de ce rééquilibrage. En cela, je suis fier que le Cantal contribue activement à ce changement de paradigme en accueillant une nouvelle édition de Ruralitic !



RURALITIC sur les réseaux sociaux



Partenaire fondateur



Partenaires officiels



Associations partenaires



Fournisseurs officiels



Partenaires média



Partenaires associés