Ruralitic - Le smart village
26 & 27 août, Château de Vixouze, Polminhac, Cantal, Auvergne

Castalab ou « Linky en Châtaigneraie Cantalienne »
21 août 2018

Le 2 juillet dernier, la Communauté de Communes de la Châtaigneraie Cantalienne et Enedis signaient une convention  pour étudier au plus près les consommations énergétiques des mairies et autres salles polyvalentes, afin d’en tirer des enseignements et faire des économies. C’est la naissance du Castalab.

Comme son nom l’indique : Castalab, c’est un territoire, celui de la Châtaigneraie, où se déploie un laboratoire. La communauté de communes, en partenariat avec le distributeur d’énergie Enedis (ex ERDF), a installé des compteurs Linky dans les bâtiments publics, notamment les salles des fêtes, les mairies, écoles, garages communaux, etc. afin de relever la consommation électrique toutes les demi-heures, au lieu de… deux fois par an !

200 compteurs

L’idée est de pouvoir comparer entre elles les données de lieux similaires, ainsi que de mesurer l’impact d’initiatives locales (investissement, règlement intérieur, rénovation, changement de matériel, etc.) et de s’en inspirer pour réaliser potentiellement des économies, dont le contribuable sera le premier bénéficiaire. La méthode, déjà en place à Nantes et Brest, s’étend pour la première fois en milieu rural.

Maël Madon, étudiant de Polytechnique, effectue un stage auprès du concessionnaire Enedis, lequel l’a chargé de ce dossier durant les mois d’été. Il lui revient de constituer cette base de données avec la complicité des municipalités : environ 200 compteurs sont installés dans les lieux publics de 51 communes de la Châtaigneraie cantalienne. L’accès sécurisé à une plate-forme consultable par les élus permet de comparer sa consommation sous forme graphique.

Les temps changent

“La loi nous impose la transition énergétique. Plutôt que de subir, allons-y enthousiastes et anticipons !”, encourage Michel Teyssedou, Président de la Communauté de Communes et également Président du SDE 15. Après le label TepCV(1), le président de la com com ne cache pas espérer pour 2019 un “contrat de transition écologique” pour faire bénéficier le territoire de l’enveloppe qui l’accompagne. Une démarche volontaire qui plaît à Cyrille Moreau, directeur régional d’Enedis, partie prenante dans ce programme de transition. Le distributeur doit en effet s’adapter à une offre et à une demande qui évoluent vite. Si les batteries à recharger (notamment pour les automobiles électriques) seront plus nombreuses à l’avenir, il faudra en revanche composer avec des énergies renouvelables qui ne fournissent qu’en alternance (en fonction du vent, de l’ensoleillement…). Castalab pourrait éclairer sur ce contexte nouveau.

(1) Territoire à énergie positive pour une croissance verte.

 

COMPTEUR LINKY, LES POINTS SUR LES I D’ENEDIS

 

En réponses à certaines allégations, ENEDIS tient à apporter quelques précisions :

L’installation du nouveau compteur Linky ne modifie en rien le contrat avec le fournisseur d’électricité ; il n’augmente pas la facture (les frais d’installation sont pris en charge par Enedis et il compte la même énergie de la même façon). Il ne déclenche pas d’incendies et ne peut pas couper l’électricité à distance. Linky n’enregistrant qu’une consommation globale, il ne sait pas détecter les appareils un à un ; les données de consommation recueillies de manière cryptées ne peuvent être vendues ; Linky n’augmente pas de manière significative les champs électromagnétiques ambiants.

Actuellement, sur 12 millions de compteurs Linky installés, 270 000 le sont en Auvergne, dont 13 000 dans le Cantal.

 

Article de R. SAINT-ANDRÉ, in L’Union du Cantal

(photo Christophe Viry)



RURALITIC sur les réseaux sociaux



Partenaire fondateur



Partenaires officiels



Invité d'honneur



Associations partenaires



Fournisseurs officiels



Partenaires média



Partenaires associés